« Exil exode, quelle convergence ? » Bernard Devert

Bernard Devert

Chaque mois, Bernard Devert nous fait part de sa réflexion sur la société qui nous entoure avec son lot d’espoir et d’inquiétude… Dans cet édito, le président-fondateur d’Habitat et Humanisme a choisi pour thème : « Exil, exode, quelle convergence ? ».

Ecoutez l’édito

Le site de HABITAT & HUMANISME

Ecoutez aussi : « Une fête pour l’esprit et le coeur » Bernard Devert

Bernard Devert

Exil, exode, quelle convergence.

Plus de 100 millions de la population mondiale est ‘déplacée, c’est dire le nombre de réfugiés et de migrants qui connaissent un avenir incertain et un présent marqué par une multiplicité d’absences, le toit, le travail, les relations affectives et sociales.

Ce déplacement ne relève pas d’un voyage ; il est la prise en compte d’une situation souvent tragique conduisant à fuir une terre devenue inhospitalière en raison du climat (cf. la Somalie plus d’un million d’exilés en mois d’un an), ou de conflits géopolitiques et de cette misère, violence larvée, si destructrice.

Que d’organisations caritatives et d’ONG se mobilisent, mais aussi de particuliers qui, habitées par la fraternité, font place à ceux qui ne l’ont plus.

Il convient de rechercher davantage de convergences entre ces deux réalités, l’exil et l’exode :

  • l’exil est une fuite rarement préparée comme celle que connaissent les Ukrainiens. Plus de 7,5 millions ont quitté leur pays, observant l’accueil que leur a réservé la Pologne, via une hospitalité pour 3,5 millions d’entre eux. Seulement l’hospitalité, quand elle dure, perdure, sans possibilité d’en déterminer la fin, suscite immanquablement des tensions.
  • l’exode est un chemin de libération ; il nous délivre de ces idées toutes faites, martelées à corps et à cris quant au fait qu’il n’est pas possible de porter toute la misère du monde. Certes, mais la question n’est pas là ; la seule qui vaille est comment prendre sa part. L’élan que procure l’exode ouvre de nouveaux possibles qui lézardent ces crispations où, par facilité, nous nous réfugions. L’exode est un éveil de relations.

L’exil et l’exode, une convergence vers ces possibles ! Ne sont-ils pas des atouts pour un monde plus humain.

Je pense à ces mineurs non accompagnés auxquels furent proposées des formations, via l’apprentissage. D’aucuns ont rejoint des maisons de soins. Entre soignés et soignants – passée, la surprise, à commencer par ces idées toutes faites qui nous vieillissent – se font jour des regards inattendus, porteurs d’avenir.

Une vie nouvelle pour tous.

Comment s’en étonner ; dans chacun, sommeille une part de réfugié. Partagée, elle donne naissance à une volonté de se comprendre, de faire un bout de chemin, ensemble pour aller plus loin, plus haut.

Rien de mieux pour y parvenir que de pousser la porte de ces refuges ; là, les différences s’estompent. Les corps et les esprits sont tendus vers ces sommets où la solidarité n’est jamais absente, comme en témoigne le livre écrit par France Vergely et Wahabou Tarama, Mot par mot, gravir le monde.

Ne nous retournons pas pour entendre les critiques, les à quoi bon, les sommets approchent ; ne nous détournons pas de la clarté de ces essentiels.

A propos Gérald Bouchon 2753 Articles
Pionnier des radios libres, passionné de radio, journaliste et dirigeant de médias éco-responsables..

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*