Veilleur de pierre : le burger indigeste…

Une publicité pour Deliveroo montrant un hamburger dégoulinant et placée juste au-dessus du Veilleur de pierre de la place Bellecour…il n’en fallait pas plus pour que s’exprime l’écoeurement de nombreux lyonnais.

La bâche publicitaire recouvre l’immeuble en cours de rénovation, situé au bout de la rue Gasparin. Elle est donc particulièrement visible, notamment le soir.

Certes, sa présence est parfaitement légale, au même titre que les autres affiches publicitaires grand format qui prennent place sur les échafaudages.

C’est davantage la “faute de gout” qui est pointée du doigt…

Pour le collectif Plein la Vue, “Le symbole est très malvenu”. Surtout à quelques jours des commémorations du 8 mai 1945.

“Apposer une énorme pièce de viande au-dessus d’un monument réalisé en mémoire de victimes de Klaus Barbie, commandant de la Gestapo, surnommé « le boucher de Lyon », est tout à fait irrespectueux” détaille le collectif qui milite pour un meilleur encadrement de la publicité à Lyon.

Un riverain, Thierry Godefroy, a décidé d’écrire aux autorités locales et au conservateur des Monuments Historiques, Frederic Henriot.

Pas de réponse de la mairie…Quant au Conservateur, il aurait laisser passer la campagne.

“Quel est donc l’intérêt de son contrôle si tout est permis ?” Le Collectif Plein la vue, en soutien aux Anciens Combattants et à Thierry Godefroy, a également écrit ce mardi à la Mairie et au Conservateur.

Les anciens combattants avaient été les premiers à réagir la semaine dernière.

“Le respect du site du sanctuaire doit être respecté, une telle pub géante est provocante et agressive !” avait déclaré
dans les colonnes du Progrès, Roger Gay, président de l’Association nationale des anciens combattants et amis de la Résistance (ANACR).

Ce dernier a d’ailleurs écrit au Préfet, Pascal Mailhos, pour lui demander d’agir “en mémoire des assassinés de Bellecour dont le Veilleur de Pierre rappelle le sacrifice, mais aussi de celles et de ceux qui ont été de Montluc aux divers lieux d’exécutions de notre région ou déportés vers les camps”.

Les anciens combattants demandent le démontage de la bâche. Avant la cérémonie prévue dimanche au Veilleur de Pierre.

Laisser un commentaire