Accueil » Solidarité » Loi SRU : « La détricoter serait une insulte aux plus pauvres »

Loi SRU : « La détricoter serait une insulte aux plus pauvres »

Publié le 11 février 2024 13:57

Par Gérald Bouchon

Tous les mois, retrouvez, l’édito de Bernard Devert sur Lyon Demain. En ce mois de janvier, il est question de l’aménagement de la loi SRU

Chaque mois, Bernard Devert, président-fondateur d’Habitat et Humanisme, nous fait part de sa réflexion sur la société qui nous entoure avec son lot d’espoir et d’inquiétude… Son édito s’intitule en ce mois de février : « Le logement appelle un choc de l’offre, plus encore un électrochoc des consciences ». Une réaction aux menaces qui pèsent sur la loi SRU

Ecoutez le podcast

Bernard Devert et la loi SRU

Pour rappel, Bernard Devert est aussi Président du Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées

Ce 30 janvier, M. Gabriel Attal, Premier Ministre, présentait à l’Assemblée Nationale son discours de politique générale. Il reconnaissait la nécessité de créer un choc de l’offre. Pour sortir d’une crise du logement si aigüe que les relations sociales sont gravement affectées mettant en cause l’unité de la Nation, pourtant une et indivisible.

L’unité n’est pas assurée quand une fraction de la population est assignée à des logements qui crient la ghettoïsation. Il s’ensuit un ressenti amer d’être rien pour n’avoir pas d’autre avenir que de rejoindre les quartiers perdus pour la République.

Quelle égalité quand plus d’1/4 de la population n’a pas la possibilité de se chauffer ?

N’est-ce pas fracturer la cohésion pour laisser plus de 3 000 enfants et 140 000 adultes dormir dans la rue ou bien condamnés à se réfugier dans des squats ? Quelle égalité quand plus d’1/4 de la population n’a pas la possibilité de se chauffer ? Ils étaient 14% en 2020 ! Quelle liberté quand 330 000 de nos concitoyens sont sans domicile fixe. Et 4 100 000 sont concernés par le mal logement.

Quelle fraternité pour rester indifférent au fait de cette attente de plusieurs années pour bénéficier dans les grandes villes ou métropoles d’un habitat décent dont le loyer est en cohérence avec les ressources.

Tout est dit, répété à l’envi, mais rien ne bouge ou si peu sauf sur l’hébergement qui concerne 200 000 personnes auxquelles il conviendra bien de proposer un logement.

24 départements urbanisés concentrent 82% des créations d’emploi

Une telle situation n’est pas indifférente à une absence de l’aménagement du territoire. Une étude naissante, publiée par le baromètre Arthur Loyd, souligne que loin des aspirations post Covid, 24 départements urbanisés concentrent 82% des créations d’emploi. Et 1 nouvel emploi sur 3 en France bénéficie à l’Ile-de-France, plus particulièrement à la capitale.

Le Premier Ministre pour s’inquiéter à juste titre des classes moyennes privées des moyens de se loger dans les villes et les métropoles annonce une révision possible de l’article 55 de la loi Solidarité et Renouvellements Urbains (SRU).

Il est impensable que les plus vulnérables en soient les victimes. L’équité n’est pas d’enlever aux plus pauvres ce qu’ils n’ont déjà pas ou si peu. Mais d’entrer résolument dans une prise de risque : changer pour faire du neuf.

Les marges de manœuvre sont étroites sauf à trouver un élan de solidarité, nécessaire à ce choc de l’offre.

Le 24 janvier 2006 l’Assemblée Nationale, appelée à se prononcer sur un amendement de la loi SRU visant la diminuant du quota, eut la surprise de voir l’Insurgé de Dieu. Exténué par l’âge – il a 93 ans – et les combats, l’Abbé Pierre trouva une fois encore les mots et emporta l’adhésion d’un grand nombre de députés pour que l’article la loi 55 ne soit pas revisité.

L’honneur de la France, dit-il, c’est quand le fort s’applique à aider le plus faible.

Nous devons impérativement maintenir, par souci de justice, le quota de logements pour les plus vulnérables. En ajoutant à la loi du 13 décembre 2000 l’obligation que l’acte de construction et d’acquisition des immeubles confèrent aux classes moyennes un droit d’accès à l’accession et à la location, via un prix maîtrisé.

Un des ennemis de la fraternité est la spéculation foncière.

Est-il juste que les terrains à construire bénéficient d’une folle plus-value en raison des investissements de l’Etat et des Collectivités Locales (métro, tramway) ? Un des moyens pour faire tomber cette rente inique est d’imposer que tout programme relevant de la loi SRU offrira jusqu’à 50% de logements aidés. A minima 30 % pour les personnes fragilisées et 25% pour les classes moyennes.

Rappelons que 70% de la population est éligible au logement social. Il ne suffit pas de rechercher un choc du logement. Il convient de s’interroger pour qui, afin de mettre en exergue les urgences et par là même les priorités.

Une telle orientation impactera ipso facto les charges foncières pour les rendre plus raisonnables. La Collectivité se gardant un droit de régulation. Dans l’hypothèse où ces logements intermédiaires ne seraient pas réalisés faute d’un prix du foncier excessif.

Un des risques de cette mesure – fût-elle juste – est la rétention des terrains. Les Pouvoirs Publics n’ont-ils pas pour mission de désarmer la violence que constitue le mal-logement en agissant, si nécessaire, par une fiscalité ad hoc.

Si la fraternité est souvent oubliée, c’est que peut-être nous avons perdu le sens de l’humain. L’heure n’est surtout pas de tenter une nouvelle fois de détricoter cette loi. Ce qui serait une provocation et une insulte à l’égard des plus pauvres.

Louis Besson, alors Ministre du Logement, s’est singulièrement investi pour une politique d’habitat plus juste. Il dut batailler pour que ce texte soit voté. Qui peut en contester l’avancée ? Sauf à abandonner ce combat permanent que requiert la mise en oeuvre les valeurs de la République.

Ecoutez aussi : La Cantina : des cuisines collectives contre la précarité

loi SRU
Bernard Devert
Gérald Bouchon

Gérald Bouchon

Pionnier des radios libres, passionné de radio, journaliste et dirigeant de médias éco-responsables..

Soutenez Lyon Demain

Lyon Demain est un média local, indépendant et sans publicité édité par l’association Lyon Demain Médias.

Musée Mérieux : les progrès de la biologie depuis l’Antiquité

Musée Mérieux : les progrès de la biologie depuis l’Antiquité

En travaux depuis plus d’un an, le Musée des sciences biologiques docteur Mérieux a rouvert ses portes. Avec un tout nouveau parcours muséal. Il retrace l’évolution des sciences biologiques, de l’Antiquité à nos jours, tout en mettant à disposition du matériel...

Abonnez vous !

Tous les podcasts de Lyon Demain sont disponibles sur Soundcloud. Suivez-vous !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest