Le Musée des Tissus renoue avec les grandes expositions

Yves Saint-Laurent

À partir du 9 novembre 2019, le Musée des Tissus de Lyon célèbre l’un des plus grands créateurs du 20e siècle : Yves Saint Laurent.

Cette exposition unique, symbole de la renaissance du Musée des Tissus à l’initiative de la Région et des industriels du textile, est organisée en collaboration avec le Musée Yves Saint Laurent Paris.

Elle met en lumière les liens privilégiés entretenus par le couturier durant quarante ans de collaboration avec les soyeux lyonnais, fabricants et fournisseurs des tissus et étoffes de la région.

Avec cet événement, le Musée des Tissus de Lyon renoue avec une politique d’expositions ambitieuses dans la grande tradition de présentation des créateurs de renom de la haute couture :  Mariano  Fortuny  (1980),  Cristóbal  Balenciaga  (1985),  Jeanne  Paquin  (1989),  Madeleine Vionnet (1994), Olivier Lapidus (1997), Léonard (2006) et Franck Sorbier (2009).

Le chuchotement des mousselines, le chatoiement des façonnés, la douceur des velours se dévoilent dans cette exposition inédite, qui illustre plus de quarante ans d’étroite et fidèle collaboration au service de la création.

Jalonnant  toute  la  période  de  travail  d’Yves  Saint  Laurent,  de  1962  à  2002,  “Yves  Saint  Laurent,  Les  coulisses  de  la  haute  couture  à  Lyon”  propose  des  pièces  peu  connues  du  couturier, certaines présentées pour la toute première fois.

Silhouettes mannequinées et accessoirisées, échantillons de textiles, croquis originaux, photographies et documents d’archives inédits mais aussi interviews filmées de collaborateurs d’Yves Saint Laurent et des fabricants de tissus…

À travers des supports nombreux et variés, l’exposition explore de manière originale le processus créatif du couturier.

Plus qu’un hommage à Yves Saint Laurent comme aux créateurs de l’ombre, l’exposition est aussi un hymne à la matière, à la technique et au savoir-faire séculaire de tout un territoire.

Le   parcours,   organisé   en   quatre   parties, présente  le  processus  créatif  d’Yves  Saint  Laurent  et  met  à  l’honneur  huit  maisons  lyonnaises.

Une  robe  de  mousseline  et  un  manteau  trois-quarts en moire invitent les visiteurs à approcher et comprendre les différentes étapes de la réalisation d’une pièce de haute couture.

Ces créations sont  accompagnées  de  croquis  et  autres  documents de travail, bons de commande, publicités d’époques ou photographies de défilés.

À   travers   vingt-cinq   silhouettes,   issues   des   collections  du  Musée  Yves  Saint  Laurent  Paris, l’exposition   met   en   lumière   huit   maisons   lyonnaises   avec   lesquelles   Yves   Saint   Laurent   a   travaillé   pendant   quarante   ans  : Bianchini-Férier,  Bouton  Renaud, Brochier, Hurel et Sfate & Combier, pour les soyeux, mais aussi les  converteurs  et  intermédiaires,  les  maisons  Bucol, Abraham  et  Beaux-Valette, qui faisaient fabriquer les étoffes entre Rhône et Saône.

La visite se poursuit avec l’extraordinaire robe de mariée issue de la collection automne-hiver 1980 dans laquelle Yves Saint Laurent rend hommage aux poètes qu’il admire et qui l’inspirent.

Ce modèle, dit « Shakespeare », paré de  bijoux,  a  été  confectionné  grâce  à  la  collaboration  de  cinq  maisons  lyonnaises  : Abraham,  Bianchini-Férier,  Bucol,  Hurel  et Mérieux. 

Cette  partie rend compte du travail considérable qu’aura nécessité cette création unique.

L’exposition  se  conclut  par  une  immersion  dans  l’atelier.  Le  visiteur  découvre  tous  les  tissus  sous  forme  de  robracs,  de  gammes  colorées  et  de  livres  d’échantillons  qui  ont  nourri  l’imagination  et  la  créativité  du  couturier.

Dans l’évocation de cet atelier, l’accent est mis sur la technique, permettant  par  exemple  d’apprendre  à  différencier  une  mousseline  d’un  taffetas.

L’exposition  sera  accompagnée  d’une  programmation  riche  et  variée,  notamment  pour  le  jeune  public  et  les  publics  empêchés,  mais  aussi  de  l’édition  d’un  catalogue  composé  d’essais  et  illustré  de  plus  de  cent  soixante  photographies  de  mode,  de  textiles  et  de  documents  d’archives  (Éditions Libel).

Be the first to comment on "Le Musée des Tissus renoue avec les grandes expositions"

Laisser un commentaire