CrocoParc : le paradis des crocodiles lyonnais

CrocoParc

Les crocodiles à Lyon, c’est fini ! La Ville de Lyon l’avait annoncé il y a un an… ils sont enfin partis pour retrouver plus d’espaces.

Les crocodiles devaient partir pour rejoindre un oued marocain, plus adapté pour les accueillir. C’est chose faite ! Nous avons retrouvé leurs traces à Agadir au CrocoParc où ils sont désormais bien installés.

Nous sommes entrés en contact avec Luc Fougeirol, du CrocParc


Le mâle a 49 ans et la femelle a 32 ans. Les deux reptiles avaient été confiés au zoo du Parc de la Tête d’Or en 1975 par l’École Vétérinaire de Lyon.

Ils sont nés au Tchad, avant d’arriver à Lyon. Au Maroc, ils n’ont pas été remis en liberté.

« Ces animaux ne savent pas chasser, ils n’ont ingurgité que ce que nous leur offrions. Et, en aucun cas, des animaux vivants » nous avait confié un animalier du parc de la Tête d’Or.

CrocoParc
entrée du CrocoParc à Agadir

Au Maroc, les crocos les plus lyonnais de la planète ont trouvé un espace réservé au CrocoParc d’Agadir. Encore un zoo, certes, mais dont l’enclos est beaucoup plus grand que le pavillon et la mare de la Tête-d’Or.

Le Maroc est heureux d’accueillir ce couple

« Le Maroc est heureux d’accueillir ce couple. Une espèce s’inscrivant dans le patrimoine national du Maroc mais disparu dans les années 50 » souligne Luc Fougeirol.

Le « Crocodylus suchus », appelé communément crocodile d’Afrique de l’Ouest ou crocodile du désert vit toujours en Mauritanie, au Mali, au Burkina et au Tchad.

Les crocodiles du parc dans leur bassin au CrocoParc

Le seul accessoire que les crocodiles du Parc de la Tête d’or aient emmené avec eux ? La cloche qui sert à prévenir de l’heure du repas.

Luc Fougeirol vit avec des grands reptiles depuis qu’il a 14 ans. Avec son frère, à Pierrelatte dans la Drôme, ils avaient créé la Ferme aux Crocos qu’ils ont cédé en 2007.

Le CrocoParc réunit quelques 350 crocodiles. L’espèce pensionnaire du parc, le Crocodile du Nil, peut atteindre jusqu’à 7m de long et un poids d’une tonne.

S’intégrant dans une dynamique de sauvegarde de l’espèce, CROCOPARC facilite l’accès aux connaissances sur les reptiles grâce à des panneaux pédagogiques et la présence de guides polyglottes.

Un dédale de sentiers et de passerelles va vous permettre d’observer les reptiles dans leurs occupations quotidiennes : paressant au soleil, se baignant ou démontrant la puissance de leurs mâchoires lors de leur repas.

CrocoParc, c’est aussi un jardin botanique étonnant

Avec plus de 300 espèces de plantes exotiques du monde entier, cet espace permet de voyager à travers les continents à la découverte d’une flore extraordinaire. Avec de divins parfums distillés par les jasmins, gardénias et autres plantes odorantes des cinq jardins thématiques.

Pour en savoir plus, c’est ici

Ecoutez aussi : Lyon privilégie le bien-être animal au zoo

CrocoParc
Les crocodiles de Lyon à Agadir
A propos Gérald Bouchon 2845 Articles
Pionnier des radios libres, passionné de radio, journaliste et dirigeant de médias éco-responsables..

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*