CAP La tête haute : accompagner pour reconstruire

Audrey et Marin

Le 11 novembre 2016, Marin âgé de 20 ans, a été sauvagement agressé sur le parvis de la Gare de la Part-Dieu à Lyon pour le seul motif qu’il est venu au secours d’un couple importuné parce qu’il « osait » s’embrasser dans la rue. En coma profond durant de longues semaines, Marin s’est réveillé, à la grande surprise du corps médical, mais souffre de lourdes séquelles physiques, neurologiques et psychologiques.

Un formidable élan de solidarité s’est constitué autour de Marin et de sa maman Audrey Sauvageon qui a créé en février 2017 l’association « La tête haute je soutiens Marin ».

« J’ai malheureusement pu constater à travers les témoignages reçus » explique cette dernière, « que nombre de familles se trouvaient dans le même désarroi que nous face à des patients cérébro-lésés.»

Convaincue qu’au-delà de l’incroyable compétence du médecin qui l’a opéré, des équipes médicales qui l’ont
soigné, la furieuse envie de vivre de Marin, l’accompagnement mis en place l’a aidé à se reconstruire, Audrey et son équipe ont décidé d’élargir leur action au service des victimes de lésions cérébrales et de leurs familles.

Ainsi est né le « CAP la tête haute », réalisé en collaboration avec une spécialiste des neurosciences,  le docteur Chérim Fahim : un coffret qui rassemble un ensemble d’informations, de préconisations, de mises en pratique, d’analyses neuroscientifiques et de supports, permettant à la famille d’interagir et de réinventer un lien avec son proche afin d’optimiser la récupération de ses facultés.

Cette approche pluridisciplinaire qui met notamment en lumière le rôle de la musique, des odeurs, des massages, de la médiation, permet d’aborder dans sa globalité les pratiques susceptibles d’aider les familles à soutenir le patient dans ce type de situations brutales et douloureuses.

« L’association – La tête haute je soutiens Marin – a souhaité intégralement financer ce coffret » précise Audrey Sauvageon. Une centaine d’exemplaires du « CAP La tête Haute » sont d’ores et déjà à la disposition des familles confrontées à ce douloureux problème qui en feront la demande auprès de l’association.

Si Marin a aujourd’hui toujours besoin d’aide pour reprendre le cours d’une vie qui n’aurait jamais dû s’interrompre, il se félicite de voir que sa douloureuse expérience va permettre à d’autres cérébrolésés et leurs familles de mieux vivre leur traumatisme.

L’association la Tête Haute je soutiens marin recherche aujourd’hui des fonds pour financer le coffret à grande échelle mais également poursuivre les soins médicaux (notamment l’accueil de jour) nécessaires au rétablissement de Marin.

A ces fins, un diner de charité est organisé le 26 octobre 2018 à 19h30 dans le cadre exceptionnel de la Chapelle Saint-Joseph à l’Hôtel de Ville de Caluire (renseignements auprès de l’agence ID en Tête – 04 78 37 77 75).

 

 

 

 

Be the first to comment on "CAP La tête haute : accompagner pour reconstruire"

Laisser un commentaire